Historique des 241-P

En 1944, avant la fin de la 2 de Guerre Mondiale, la SNCF lança une étude concernant la reprise du trafic une fois les hostilités terminées.
Cette étude laissa apparaître qu’il serait nécessaire de remorquer des trains de voyageurs de 800 tonnes à une allure constante de 120 km/h, vitesse limite imposée. Il fallait donc construire de nouvelles machines.

Les projets d’André Chapelon furent exclus ainsi que les 240-P qu’il avait conçues et qui étaient utilisées durant la guerre. On décida de ne pas augmenter l’effectif des 241-A ex-PLM et les 241-A ex-Est et Etat furent regroupées sur la région Est.

M. Goursat, directeur général de la SNCF, chargea la Division des Etudes de Locomotives (DEL) du projet d’une nouvelle version de la 241-C1.

Le projet fut confié à la Société des Forges et Ateliers du Creusot (SFAC, anciens Etablissements Schneider) qui travailla en étroite collaboration avec la DEL et André Chapelon.

Le 6 juillet 1945, le Ministère des Travaux Publics donna son autorisation pour la construction de 35 locomotives et la commande fut passée le 3 octobre à la SFAC.

La construction des locomotives ne put commencer qu’en mai 1946 à cause des difficultés liées à la fin de la guerre : approvisionnement en matières premières, reconstructions…

La 241-P1 fut achevée le 24 mai 1948 et livrée le 19 juin. La livraison des 35 machines s’échelonna jusqu’au 26 juillet 1952.

Les 30 premières locomotives furent mises en service sur la région Sud-Est et les 5 autres sur le Nord. Les 241-P circulèrent sur les lignes les plus prestigieuses comme le Mistral par exemple.

Elles furent utilisées avec des équipes titulaires puis en double équipe et enfin en banalité.

Elles effectuèrent de longues étapes sans relais : Lyon-Marseille ; Dijon-Avignon ; Le Mans-Quimper via Nantes ; Le Mans-Brest. Les 241-P détiennent des records de kilomètres parcourus : la plupart ont effectué plus de 1 500 000 km.

La modernisation des machines avec l’arrivée des machines à diesel mis fin aux locomotives à vapeur et les 241-P disparurent progressivement de la circulation.

Il reste aujourd’hui 4 machines préservées :

- La 241-P-9 se trouve à Guîtres en Gironde où l’Amicale des Anciens et Amis de la Traction à Vapeur l’entretient extérieurement.

- La 241-P-16 est au musée de Mulhouse.

- La 241-P-17 qui vient d'etre restaurée par l’association les Chemins de Fer du Creusot.

- La 241-P-30 est à St Sulpice, en Suisse, où elle sera remise en état de présentation visuelle et exposée.